Skip to content

Après la finance et l'immobilier, François s'est lancé dans l'ébénisterie. C'est comme cela qu'il a découvert sa vocation. Il passe désormais le message pour que les jeunes n'hésitent pas à aller vers un apprentissage riche en avenir et correspondant à leurs goûts.
Un témoignage présenté le 15 octobre 2019 à l'émission "A quatre mains" sur France 5.
Voir l'article paru sur Telestar.

 

 

Le passage de la recherche dans une entreprise industrielle de la chimie à l’artisanat d’art en ébénisterie-restauration de meubles anciens est une opération qui me fascine, tant j’aurais aimé faire moi-même ce saut. Un saut que j’ai fait, à ma façon, via l’entrepreneuriat en conseil et que je complète aujourd’hui par l’information et la communication sur ce métier, ses techniques, son histoire, son avenir…
Aurélie Boyer l’a fait, en reprenant, le 1er juillet 2019, l’activité initiée, dans des conditions semblables en 2011 par l’ébéniste-restaurateur Jean-Claude Treussard. Tous deux sont effectivement issus de carrières dans l’industrie et ont fait ce saut après s’être formés à l’Ecole Boulle.
L’Ebéniste, selon le nom simple mais combien expressif donné à cette activité, perdure donc au 116 rue Montesquieu à Lyon 7ème.

La restauration vue par Aurélie Boyer


Avec, comme elle le dit elle-même, un pied dans la chimie et un autre dans la restauration, elle met au service du mobilier à restaurer son expérience du développement R&D de colles et adhésifs pour l’assemblage de matériaux, dont le bois, chez un industriel français.
Considérant que la restauration de mobilier faisait autant appel à des connaissances de chimiste que d’ébéniste - la problématique principale étant celle du recollage et du décollage – elle a voulu ainsi passer à l’application manuelle des résultats de ses recherches.
L’association entre l’ébénisterie et l’histoire de l’art permet une bonne compréhension et une anticipation des phénomènes physico-chimiques apparaissant entre le matériau et les produits utilisés, colles, vernis, résines… Pour une restauration pérenne tout en garantissant une bonne sécurité dans l’opération artisanale et dans l’utilisation ultérieure par le client.

La chimie, présente tout au long du processus de restauration

Elle permet de :
diagnostiquer la nature des matières présentes sur un meuble : les vernis, les colles des assemblages ou placages…
nettoyer le meuble selon un protocole adapté
décaper sans risques selon la nature des produits
coller en fonction des surfaces et des matières
formuler ses propres produits polymères : mastices, résines, colles…
faire des reprises de teintes ou patines avec des méthodes chimiques
• savoir travailler en sécurité : équipements de protection, exposition aux produits…

L’Atelier l’Ebéniste

Installée depuis le 1er juillet aux commandes de cet atelier, Aurélie Boyer y effectue des restaurations complètes de meubles de style XIIIème à XXème, de mobilier massif, de sièges et d’objets d’art.
Son approche vis à vis d’une clientèle fidèle et confiante est celle d’un conseil qui, tel le médecin de famille, connaît bien le propriétaire du meuble pour lui présenter un état des lieux précis
Les interventions consistent, comme souvent, d’une consolidation de la structure, de travaux sur des marqueteries, la réparation de vernis , la restauration de bronzes…
Voir la fiche sur le site patrimoine-mobilier.fr
Le site de l’Ebéniste : http://boa-restauration-meuble.com/

Jean-Louis Bourgogne