Skip to content

Le 18ème sièclea été marqué par une production de meubles et objets de décoration intérieure particulièrement abondante.
A partir de la période Louis XIV plus marquée par l’architecture qui est aujourd’hui une base importante du patrimoine apprécié par les nombreux visiteurs français et étrangers. Le mobilier qui, souvent, est en place pour embellir les intérieurs de ces monuments reste cependant pour ces visiteurs un second choix de destination même s’ils aiment en apprécier la complémentarité artistique.

Ce siècle, riche de productions, a été marqué par une successions de styles dont la variété et l’évolution dans le temps sont remarquables.

Cinq périodes sont ainsi reconnues comme marques de styles de ce XVIIIème siècle :

  • 1700-1730 : Régence, transition entre le règne de Louis XIV et celui de Louis XV
  • 1730-1760 : Louis XV
  • 1750-1774 : Transition, comme passage de Louis XV à Louis XVI
  • 1774-1785 : Louis XVI
  • 1790-1803 : Directoire, avec la période révolutionnaire et prélude à l’Empire

Régence  style de transition qui, à partir des éléments du style Louis XIV en assouplit les lignes et éclaircit les meubles par les bois clairs et le bois sculpté doré. Quelques grands ébénistes marquent la période comme Charles Cressent et, autour de lui, Mondon, Dubois, Godreaux, Joubert, Doirat.

Le style Louis XV est le plus riche car il a vu les ébénistes créer un grand nombre de modèles inédits. L’innovation prévaut partout avec le développement de courbes et contre-courbes dont l’asymétrie décorative est appuyée par le bronze doré. C’est une époque qui voit des maîtres étrangers s'installer à Paris et travailler pour Versailles : Bernard Van Risen Burgh dont l'estampille est B.V.R.B. et Roger Vandercruse, dit Lacroix, dont la marque au fer est R.V.L.C. Les sièges, nombreux, sont l’œuvre de maîtres menuisiers : Nicolas Heurtant, Nicolas Quinibert Foliot, Delanois, Tilliard. Nombreuses sont les estampilles célèbres : Oeben, Godreaux, Criaerd, Dubois, Lieutand, N. Petit, Migeon, Joubert, Roussel.

Le style Transition correspond à cette période qui assure la passage du style Louis XV, marqué par une grande inventivité, et le style Louis XVI qui marque le retour à une inspiration plus classique. Des ornementations de style néoclassique prennent la place des rocailles précédentes, parfois en les juxtaposant. Plus plats et moins galbés les meubles sont plus droits et avec une grande symétrie. Les bronzes sont eux-mêmes plus sobres.

Le style Louis XVI apparaît comme le prolongement du style Transition, confirmant ainsi le retour aux lignes droites avec une plus grande sobriété. Les formes géométriques, inspirées de l’antiquité grecque, romaine, étrusque, remplacent les formes rocaille Louis XV. Des formes particulièrement marquées dans les piétements comme le pieds cannelés ou les colonnettes carrées. La symétrie apparaît également dans l’ornementation plus simple inspirée de la végétation ou des thèmes antiques. L’ébéniste marquant de cette époque est Georges Jacob. Sont également actifs, Riesener, Oeben, Dubois, Saunier, Roentgen Topino, Roger Van der Cruz La Croix (R.V.L.C.), Benneman, Pluvinet, Montigny, Carlin, Weisweiller, Leleu.

Le style Directoire dont le nom rappelle le gouvernement révolutionnaire des années 1795 à 1799, est, là encore, un style de transition entre les styles Louis XVI et Empire. Elégant et sobre, le mobilier mélange courbes discrètes et lignes droites. L'inspiration antique est plus présente que dans le style Louis XVI et confère au mobilier une plus grande sévérité. Les références révolutionnaires sont de plus en plus présentes dans les décors.

Plus d’informations sur :
Search Antiques : www.search-antiques.com/fr/styles-mobilier/styles.html
Art & Antiques, antiquaires à 37600 LOCHES : www.art-et-antiques.com/les-styles-de-meubles-article-5-0-36.html