Skip to content

Le plus grand concours des métiers du monde, le Worldskills, se déroulera à Lyon en octobre 2023. Dans un entretien avec Kader Si-Tayeb, délégué général de WorldSkills France, Guillaume Lamy expose sur Lyon Capitale les enjeux de cet "outil de promotion des filières professionnelles".

C'est ainsi qu'on apprend que ce mouvement est né en Espagne en 1947 sous l'impulsion de Francisco Albert-Vidal, professeur de collège. L'idée était de motiver les jeunes à aller vers l'apprentissage. La France a rapidement rejoint le mouvement avec les Compagnons du Devoir et en 1995 la France avait accueilli la finale mondiale, à Lyon.

En 2023, ce sera donc la deuxième fois que ce concours se tiendra en France et à Lyon, dans un contexte inchangé par rapport aux objectifs initiaux

Pour en savoir plus sur le site de Lyon Capitale

S'appuyant sur une manifestation, le 25 novembre à Auxerre dans le cadre de la semaine de la mixité des formations et des métiers,  Lucie Preux a écrit un article intéressant et portant témoignage de la présence des femmes dans ce qu'on a l'habitude de nommer des "métiers d'hommes".

Ainsi trouve-t-on, à la maison des Compagnons du Devoir d'Auxerre, des femmes pour un quart des effectifs. Ces métiers manuels comme la maçonnerie, l'ébénisterie, la menuiserie, attirent de plus en plus les femmes. "Leur intégration parmi les "Compagnons" se passe très bien et il n'apparaît aucune différence." indique Dimitri Andriot, prévôt de la maison des compagnons d’Auxerre. Rappelons que les Compagnons du Devoir n'ont accepté que des femmes fassent leur "tour de France" qu'en 2004.

Une mixité que les entreprises acceptent encore avec quelque réticence. Mais l'évolution des métiers manuels est là pour aider à une plus grande mixité. Les machines, une attention plus grande à la pénibilité de certains travaux... sont autant de facteurs intéressants. Comme l'indique Margot Lepoivre, une apprentie ébéniste.

Pour en savoir plus... sur le site de l'Yonne Républicaine

Reconstituer les panneaux de bois d'un bahut, réparer les éclats apparus dans une commode ou, encore, recoller la marqueterie d'un meuble Boulle, époque Napoléon III, tels sont les exemples des restaurations auxquelles fait face Stéphane Coquil à Vannes.

En savoir plus grâce à l'article paru sur le site d'Ouest France

Le site web de Stéphane Coquil

 Le Concours Ateliers d’Art de France révèle, pour la 9e année consécutive, la diversité des métiers d’art sur le territoire français. Preuve d'un dynamisme et d'une richesse créatrice. Il est représentatif de l'artisanat d'art de chacune des régions de France. L'ébénisterie y occupe une place intéressante.

Voir l'article sur le site de Wukali

Emmanuel Joussot est de nouveau à l'honneur. Après le prix départemental et le prix régional dans la catégorie « stratégie globale d'innovation » du concours « Star et Métier » organisé par la Banque Populaire il est aujourd'hui lauréat de la Fondation Bettencourt Schueller pour le Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la Main qui distingue les professionnels des métiers d’art alliant haute technicité, innovation et recherche esthétique.

Rappelons que l'atelier d'Emmanuel Joussot est depuis 2012 « entreprise du patrimoine vivant ».

Voir l'article sur le site d'Info Chalon

Voir la fiche de l'ébénisterie Emmanuel Joussot sur le site patrimoine-mobilier.fr

L'ébénisterie Loutan à Corsier-sur-Vevey a pris le train de la technologie moderne. Dans l’atelier de 450 m2, proche du Musée Chaplin, ce sont des machines très modernes qui œuvrent pour assurer la fabrication des agencements et meubles sur mesure. Une activité qui représente environ 60% du chiffre d’affaires.

Récemment, l’ébénisterie a développé une technique de fabrication destinée à la production d'un présentoir de montre en bois et matériau dérivé du bois. Une fabrication qui fait appel aussi bien à la machine CNC sophistiquée qu’au travail manuel artisanal pour la finition.

Il est vrai que la restauration de meubles anciens ne représente plus que 5 à 10% des activités de l’entreprise. Le marché de la restauration s'est considérablement rétréci car, comme l'indique Jacques Loutan, il se concentre sur les quelques personnes attachées sentimentalement à leur vieille armoire.

Un article intéressant paru sur le site du journal du canton de Vaud 24 heures

Christian Deichtmann est ébéniste d'art depuis 35 ans. Il exposera ses créations au salon Résonance(s), à Strasbourg du 8 au 11 novembre 2019.

Il a réalisé ce rêve que beaucoup partagent : faire de sa passion, son métier. C'est comme cela qu'il est devenu ébéniste d'art et a ouvert son atelier il y a 35 ans, à Mundolsheim, L'ébénisterie d'art Le chevalet.

Lire l'article sur le site de France 3 Grand-Est

Voir sa fiche sur le site patrimoine-mobilier.fr

La chambre de Métiers et de l'Artisanat de l'Yonne vient de nommer Emilie Barbier lauréate de l'édition 2019 du Trophée des métiers d'art.

Ebéniste restauratrice à Sormery, elle a présenté son projet devant 8 jurés et a été récompensée ce lundi 4 novembre. Un projet de restauration d'un secrétaire "à cylindre" Napoléon III.

Voir l'article sur le site de L'Yonne Républicaine

Voir sa fiche sur le site patrimoine-mobilier.fr